Pyrale du maïs

 

ponte femelle ooplaque
Capsule renfermant des Trichogrammes et ponte Adulte femelle sur une feuille de Maïs Ooplaque sous une feuille de Maïs
degats larve crysalide
Dégâts sur Maïs Larve dans l'axe d'un épi femelle Chrysalide dans un repli de feuille

 

Quelques données sur la Pyrale:

Description - Adulte : 2 à 3 cm d'envergure. Les ailes antérieures larges et fines sont jaune pâle avec de fines stries brunes, dentelées et transversales chez la femelle . Elles sont plus foncées chez le mâle ocre à brun foncé.

Plantes-hôtes : le Maïs, éventuellement le Houblon et le Framboisier dans le Nord et le Poivron etle Glaïeul (Gladiolus) dans les régions méridionales. - Oeuf : l'évolution embryonnaire, favorisée par une hygrométrie élevée, dure 5 à 15 jours. - Larve : à l'éclosion de l'oeuf, les jeunes chenilles se dispersent sur plusieurs plantes et la mortalité est élevée au cours de ces déplacements. Elles pénètrent à l'intérieur du cornet des feuilles du Maïs et s'installent à la base pour s'alimenter aux dépens des feuilles enroulées, lesquelles présentent plus tard des perforations caractéristiques. Elles s'installent ensuite sur la panicule mâle à l'intérieur du cornet. A la floraison, elles l'abandonnent pour pénétrer dans la tige au niveau de l'aisselle des feuilles. Elles y creusent des galeries ainsi que dans le pédoncule de l'épi et l'épi lui-même . Les chenilles sont très résistantes au froid et passent l'hiver en diapause dans les débris de récolte du Maïs. -

Dégâts de la pyrale sur épis de maïs

Le maïs est attaqué par les chenilles de la pyrale. Toutes les parties de l'appareil aérien de la plante peuvent l'être, mais les dégâts les plus importants du point de vue économique se font au niveau des épis.
Les larves peuvent entrer dans l'épi et causer des dégâts importants en rongeant les grains qui sont alors impropres à la vente. De plus, un champ de maïs infesté par la pyrale peut attirer des oiseaux qui viennent chercher des insectes et se mettent ensuite à picorer les épis.

Les moyens de lutte contre la Pyrale

La toxine dite Bt, ainsi appelée parce qu'elle est sécrétée par une bactérie appelée Bacillus thuringiensis, est connue depuis longtemps pour ses capacités à détruire un certain nombre d'insectes, et notamment la pyrale, qui fait des ravages dans les champs de maïs. Les larves de certains insectes meurent en effet après avoir ingéré cette toxine. Pour cette raison, elle est répandue dans les champs et certaines forêts par centaines de tonnes chaque année, sous forme de bactéries inactivées. Ce traitement (ou "contrôle biologique"), considéré comme efficace, est souvent vanté comme faisant partie des outils de lutte biologique contre les ravageurs. Cette pratique n'est pourtant pas sans inconvénient. Pour être efficace, le traitement doit être répété un certain nombre de fois par saison, ce qui implique du travail pour l'agriculteur. Les utilisateurs de la toxine Bt ont tendance à augmenter les quantités de matériel à chaque épandage pour en réduire le nombre tout en gardant une efficacité satisfaisante. En conséquence, non seulement la pyrale est atteinte mais aussi d'autres insectes, normalement insensibles à des doses modérées de cette toxine.
Pour la lutte contre la pyrale, l'utilisation classique de toxine Bt est inefficace car la larve qui se développe à l'intérieur de la plante n'est pas exposée à la toxine épandue sur les feuilles.

L'utilisation du Maïs transgénique

Transfert direct du gène insecticide de B. thuringiensis
dans des cellules de maïs

 

Etapes

Illustrations

 

Outils et techniques associés
1
Repérer un caractère intéressant dans un organisme vivant : la bactérie Bacillus thuringiensis.

Examen du génome.

Identifier la protéine responsable de ce caractère (ici : protéine toxique pour un insecte ravageur).
 

1

Cartographie du génome

Séquençage

2 Identifier et isoler le gène d'intérêt Obtention d'un mélange de fragments d'ADN.
Identification d'un gène dans un mélange de fragments.

2


2

Enzyme de restriction.

Southern blot


3

Transférer de l'ADN
Introduction d'un fragment d'ADN plasmidique bactérien dans des cellules de plants de maïs.
 

3


Canon à particules

 

4


 

Contrôler l'efficacité du transfert chez l'hôte
Par détection directe des transgènes.

 

4


Hybridation in situ

PCR

5 Divisions des cellules modifiées de plants de maïs.
 
 
 
 
 
 

 

5


Multiplication cellulaire
in vitro
6 Régénération de plants de maïs à partir des cellules modifiées.
Certains d'entre eux fabriquent la protéine toxique pour la pyrale.
De même pour les épis produits par la plante entière de maïs transgénique.

6